Le retour de Jules

« Le retour de Jules »

de Didier Van Cauwelaert.

IMG_4305

Il y a quelques jours, je finissais de lire avec enchantement « Jules » et il me tardait de pouvoir en connaitre la suite avec « Le retour de Jules »! A ce moment là, la magie d’Instagram a encore frappé!!! Et j’ai eu le bonheur de recevoir dans ma boîte aux lettres ce roman et je remercie Aurélie pour ce si gentil geste, partager son livre avec moi!

J’ai ouvert le livre, j’ai commencé à lire et je ne l’ai plus quitté jusqu’à la fin du roman, je n’arrivais pas à défaire mes yeux de toutes ces lignes écrites.

J’ai retrouvé Alice, Zibal et Jules mais pas là où je m’y attendais, c’est-à-dire séparés… Et Jules menaçait de mort imminente…

« Un B4. C’est le code qu’ils m’ont donné au téléphone. Un chien estampillé dangereux, vicieux, irrécupérable. Un condamné en instance, qu’on n’a le droit d’extraire de sa cellule que pour l’injection fatale. le produit rose qui videra une cage, comme dans un hôpital on dit qu’on libère un lit. »

Zibal et Alice sont séparés… Zibal est très pris par sa société et Alice est en recherche d’emploi… Ils se perdent doucement… A cela, se rajoute le problème de fertilité de Zibal… Jules n’est plus au service d’Oscar, l’enfant épileptique, celui ci allant beaucoup mieux… Jules sombre… Alice le confie alors à l’ESCAPE, l’institution où les chiens sont en apprentissage avant de se voir confier un maître épileptique… Alice part en Thailande, au Maetaeng Park de Chiang Mai où elle va apprendre aux éléphants à peindre leur autoportrait.

« Ces éléphants peintres, de par leurs facultés extraordinaires que je mets en lumière et l’émerveillement qu’elles inspirent, sont comme Jules et ses collègues au service des épileptiques: les meilleurs ambassadeurs qui soient pour la cause animale. »

Jules, à l’ESCAPE, a rencontré Victoire une jolie braque de Weimar qui faisait partie de l’Unité de surveillance antiterroriste du plan Vigipirate, jusqu’à ce qu’elle perde l’odorat suite à des éclats d’os perforant sa truffe. La carrière de Victoire dans la gendarmerie s’est arrêtée nette et sa maîtresse, l’adjudante Marjorie Mémières, vit très mal la dépression de sa fidèle compagne à quatre pattes. Victoire et Jules apprennent ensemble à anticiper une crise chez un épileptique. Puis, Jules se retrouve au service de Mme Bühler. Mais un drame se produit: Jules a attaqué le petit-fils de Mme Bühler en le mordant aux deux poignets et en provoquant un traumatisme crânien en le faisant chuté. L’euthanasie de Jules est préconisée… Zibal va faire tout ce qui lui est possible pour éviter cette fin tragique à Jules accompagné d’Alice, de Marjorie et de Fred, son associée et ex d’Alice.

Dans ce deuxième volet de Jules, Didier Van Cauwelaert nous livre une vision plus noire de la vie d’un chien. En effet, au début de l’histoire, Jules est enfermé dans une cage, à la fourrière, là où d’autres y sont, y resteront, y trouveront la mort… C’est difficile car je ne peux qu’imaginer tous ces chiens enfermés, qui n’ont plus d’espoir… L’auteur fait penser à « haute voix » Jules afin de tenter de comprendre les réactions des deux chiens, le pourquoi de leurs actes; afin que l’humain se mette à leur place, à la place d’un animal traqué qui cherche qu’à apporter son aide… Un côté scientifique se dégage aussi du roman en nous expliquant comment Jules et Victoire « comprennent » la maladie, le handicap; comment ils se repèrent dans des lieux inconnus; comment ils sont liés à leur maître…

« Dans les innombrables exemples de chiens qui étaient parvenus à destination après avoir parcouru des milliers de kilomètres, il y avait une constante: les animaux s’étaient branchés non seulement sur un lieu, mais sur leur maître. C’est lui qui les attirait, c’est son emplacement qu’indiquait leur boussole intérieure. »

J’ai aimé encore une fois lire les aventures de Jules; j’ai vécu avec lui cette histoire incroyable racontée si bien par Didier Van Cauwelaert et c’était bien trop court 😉

Note de l’auteur: le projet ESCAPE est réel. Il est le résultat de la rencontre de Didier avec le Pr Hervé Vespignani du CHU de Nancy qui est le seul épileptologue français à travailler avec des chiens détecteurs de crise. Quand la fiction rencontre le réel…

 

Publicités

2 réflexions sur “Le retour de Jules

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s