Le gang des rêves

« Le gang des rêves »

de Luca Di Fulvio

IMG_4726

Je ne vais pas être très originale en disant que « Le gang des rêves » est un roman exceptionnel, un gros coup de cœur de cette année 2017 et je suis fière de faire partie du Gang des rêves .

Luca Di Fulvio nous plonge dans une fresque italo-américaine avec son personnage principal, Christmas (Noël en anglais) dans les années 1920 et même avant.

Cetta Luminita, une toute jeune italienne, tombe enceinte et ne veut pas passer sa vie dans sa ville natale italienne. Cetta décide donc de partir vivre le rêve américain avec son fils prénommé Natale avant son arrivée aux États-Unis. Elle arrive donc à New-York comme bien d’autres immigrés en 1909, année où son fils Natale est désormais Christmas Luminita, nom donné par l’inspecteur de l’immigration. Le rêve américain ne ressemble pas à celui qu’espérait Cetta qui va connaître la prostitution afin de subvenir tant bien que mal aux besoins de son fils, Christmas, qui lui va grandir dans la pauvreté en côtoyant de trop près la violence et les gangs. Et pour faire face à tout ça, Christmas va créer son gang à lui, Les Diamond Dogs.

« J’ai une bande! lança Christmas avec fougue. Ce sont les… » Il hésita, regardant le chien qui se frottait contre ses jambes. « … Les Diamond Dogs! »

Durant ces années 1920, le monde découvre la radio, le cinéma mais aussi le racisme, le manque d’argent, la violence quotidienne. Mais Christmas rêve toujours et encore… Et rencontre aussi l’amour avec Ruth, une jeune fille de bonne famille comme on dit, une jeune femme fortunée qui n’est pas du même monde que Christmas. Peu importe, Christmas y croit à cet amour.

« Et dans ces yeux voilés de larmes, il y avait plus de mots qu’ils n’auraient jamais pu prononcer, plus de vérité qu’ils n’auraient pu avouer, plus d’amour qu’ils n’auraient pu montrer. Et plus de douleur qu’ils n’étaient capables de supporter. »

Ce roman est e-x-c-e-p-t-i-o-n-n-e-l!!! Son succès est amplement mérité!!! Il me tardait de le lire, surtout que deux instacopines me mettaient la pression. J’avoue: le nombre de pages m’a fait un peu peur (et oui j’ai peur quand les pages s’approchent dangereusement du chiffre 1000!) mais après, j’ai regretté qu’il y ait si peu de pages en fait 😉 Quand on commence la lecture du « Gang des rêves », il est impossible de le lâcher; faut se faire violence pour le refermer avant la fin!

Luca Di Fulvio a une plume extraordinaire. Il emmène son lecteur dans le passé avec une telle facilité. Il lui fait découvrir cette Amérique tant désirée des années 1920; les détails sont si « vrais » ou du moins, Luca Di Fulvio les écrit d’une manière si réaliste. Le lecteur plonge aussi dans le monde de la radio puis du cinéma qui commence à émerger à cette époque. Tout y est: l’amour, la violence, la pauvreté, les rêves, le réalisme, les sentiments, la volonté, la croyance… Le lecteur ne peut pas sortir indemne de cette lecture… C’est un bonheur à lire, réellement, un délice!!!

J’ajouterai à tout ça que ce roman est si détaillé qu’il est inutile d’écrire un scénario tiré du « Gang des rêves », « Le gang des rêves » est le scénario!

« La première lettre d’un mot. La première lettre d’une phrase. La première lettre d’un destin, d’une vie qui ne dépendrait plus uniquement de lui… Il lui suffit de toucher la machine à écrire pour se sentir à l’aise. »

Luca Di Fulvio a récidivé avec l’écriture d’un autre roman se passant cette fois-ci à Venise,  « Les enfants de Venise » aux Editions Slatkine et je vais rapidement aller découvrir ce nouvel ouvrage et me plonger dans la ville de Venise.

Hortense

« Hortense. »

de Jacques Expert.

IMG_4357

Une nouvelle fois, Jacques Expert ne m’a pas déçue avec ce thriller et il a su, avec habilité, créer un suspens qui m’a tenue en haleine jusqu’à la toute dernière page. Je n’ai absolument pas imaginer cette fin mais pas du tout et là, c’est toute la subtilité de l’écriture de Jacques Expert. Tous les ingrédients pour faire un excellent thriller sont réunis dans « Hortense »: une disparition, une victime, des recherches, du suspens, des frissons…

En 1993, Sophie vit une histoire d’amour assez violente avec Sylvain: Sophie fait tout pour satisfaire son compagnon et subit son indifférence. Lorsqu’elle tombe enceinte, Sophie est persuadée que Sylvain sera aux anges .

« J’étais follement amoureuse, pour la première fois de mon existence. Chaque fois que j’y repense, je n’en reviens toujours pas d’avoir été aussi sotte. Comment ai-je pu croire à toutes ses sornettes? »

Mais non, Sylvain la quitte en ayant été insultant envers Sophie. Sophie accouche donc d’Hortense et va vivre une relation fusionnelle, exclusive avec sa fille jusqu’à ce jour où Sylvain réapparait dans la vie de Sophie en enlevant sa fille dans son appartement à quelques jours des 3 ans d’Hortense. A partir de ce jour fatidique, Sophie a arrêté de vivre, elle est devenue l’ombre d’elle-même. Elle a entièrement ritualisé sa vie et passe sa journée comme une automate sans variation. Un jour de 2015, la vie de Sophie va être bousculée au sens figuré et propre quand elle se fait justement bousculée par une jeune femme. Sophie est persuadée que cette femme est Hortense, sa fille disparue. Elle va faire en sorte de nouer des liens avec elle afin de retrouver sa fille, elle va s’immiscer dans sa vie. A ce moment, le lecteur est plongé dans le roman et va tout imaginer sauf cette fin…

Dans « Hortense », Jacques Expert nous livre des chapitres entrecoupés par des dépositions policières datant de 2015. L’auteur fait parler Sophie, puis ‘Hortense’ ce qui permet au lecteur d’apprécier les deux points de vie et cela rend le récit réel. Tout est fait pour être captivé par le récit: Sophie comme « Hortense » livrent leurs émotions, leurs envies, leurs actions. Au cours de la lecture, on pense deviner ce qui s’est passé, ce qui va arriver mais on pense seulement car le génie de Jacques Expert est justement d’emmener le lecteur là où il s’y attendait absolument pas et ce jusqu’à la dernière page. Jacques Expert nous livre une histoire d’après des faits réels qui a su parfaitement raconter en donnant habillement des indices qui nous semblent évidents lors du dénouement inattendu de cette histoire.  « Hortense » est envoûtant et même après avoir refermé le livre, des questions sont toujours là. Quand j’ai terminé la lecture d' »Hortense », j’ai échangé avec mon père, à qui j’avais offert le roman, pour connaitre son avis et savoir si on pensait pareil. Merci Jacques Expert pour ce roman.Mais dites moi: comment faites pour savoir nous tenir si bien en haleine??