Il est toujours minuit quelque part.

« Il est toujours minuit quelque part »

de Cedric Lalaury

IMG_7095

Les thrillers étant ma tasse de thé, j’étais plus que ravie de recevoir de la part des Editions Préludes le thriller de Cedric Lalaury, « Il est toujours minuit quelque part ». Et un bon thriller est celui qu’on ne veut pas lâcher avant de connaître le dénouement: « Il est toujours minuit quelque part » est un bon thriller!!

William Herrington, Bill, est un professeur d’une cinquantaine d’années, marié, père de deux filles, professeur de littérature dans une prestigieuse université américaine. Sa vie est des plus banales jusqu’au jour où il trouve dans son casier à l’université un roman écrit par un certain Richard Philip Kirkpatrick avec une dédicace « Tu ne m’oublieras pas »… Mais pourquoi cette dédicace? Ce roman raconte un meurtre perpétré sur une île il y a des décennies, une histoire vraie… Mais pourquoi cela bouleverse à ce point Bill et va chambouler toute sa vie?

« Un homme seul. Hier encore, il était entouré d’une famille et menait une vie tranquille. C’était compter sans les ombres qui grouillaient autour de lui en criant « Vengeance ». »

« Il est toujours minuit quelque part » sait tenir en haleine son lecteur. Cedric Lalaury a su créer une tension psychologique avec ce roman mystérieux qui raconte un évènement tragique qui s’est passé dans la vie de Bill et de ses amis de l’époque. Mais qui est ce Kirkpatrick? Pour le savoir, avec l’aide de son étudiante Alan, Bill va provoquer une rencontre avec cet auteur. D’ailleurs, Kirkpatrick est atypique et vraiment surprenant! Quant à Bill, il attire pas vraiment la sympathie, on a plutôt envie de le secouer et de lui crier de dire enfin la vérité!! Cette vérité, justement, est le cœur du roman car quand elle éclate, tout est bouleversé et tout éclate en même temps qu’elle.

« Bill comprit à quel point il avait été l’artisan de son propre malheur. Par bêtise et par égoïsme. Par lâcheté surtout et aussi par un cruel manque de confiance dans l’amour de sa famille. »

Cedric Lalaury a su distiller les rebondissements, les découvertes des secrets à la bonne dose afin que le lecteur ne décroche pas et c’est gagné! Et l’auteur en parle dans son roman par l’intermédiaire de son personnage d’Alan.

« Je sais, commença-t-elle, que ce genre de littérature n’est pas forcément très prisé, surtout dans le milieu universitaire, et pourtant j’en raffole: j’adore tourner les pages avec la boule au ventre en attendant de savoir ce qui va se passer, être emportée par une histoire bien bâtie au point de ne plus être consciente du monde qui m’entoure…« 

En parlant d’Alan, c’est une étudiante très sympathique et elle apporte sa pierre à l’histoire, comme on dit! Elle joue son rôle à merveille! Concernant Bill, j’ai eu envie de le bousculer à plusieurs reprises… Est-ce que c’était l’effet voulu?? C’est surprenant comme j’aime me plonger dans l’atmosphère des universités américaines, et grâce à Cedric Lalaury, j’ai pu apprécier encore plus ma lecture!! Pour moi, « Il est toujours minuit quelque part » est un thriller comme il se doit et la vérité éclate toujours un jour où l’autre comme il est toujours minuit quelque part!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s