Les Rêveurs.

« Les Rêveurs »

d’Isabelle Carré

331707CD-E438-4FA2-B2B9-21590A8288F3

Dans le cadre des 68 Premières Fois, j’ai lu « Les Rêveurs » de la comédienne Isabelle Carré chez les éditions Grasset mais malheureusement, je n’ai pas beaucoup rêvé pendant ma lecture…

Isabelle Carré est née dans les années 70. Elle a eu une enfance atypique et découvre le monde des adultes bien trop vite. Isabelle Carré raconte cette enfance auprès de parents singuliers et sa découverte du théâtre, salvateur pour elle.

« L’ardoise magique qu’on efface pour recommencer indéfiniment. Si seulement on pouvait l’utiliser pour autre chose qu’un simple dessin, mon vol raté par exemple. J’apprendrai plus tard à appliquer mentalement cette méthode, comme pour mes nombreuses déceptions amoureuses… Effacer les erreurs de ma tête, pour ne garder que le meilleur. »

Isabelle Carré se met à nue dans son roman « Les Rêveurs », et il est sur qu’elle a eu une enfance bien particulière. Elle est née dans une famille recomposée: sa mère vient d’une famille aristocratique qui l’a éloignée lors de sa première grossesse, première grossesse qu’elle a finalement menée à terme grâce à l’aide du père d’Isabelle Carré. En parlant de son père, celui-ci a mis des années à enfin s’avouer et avouer qui il était réellement. Dans cette tribu, Isabelle Carré évolue comme elle peut, avec ses rêves, ses envies, son chagrin, sa dépression… Elle se cherche, cherche sa voie afin de pouvoir enfin s’épanouir et ne plus être adulte bien avant l’âge… Isabelle Carré est discrète et ne se plaint pas…

« Exiger était proscrit. Demander, y compris des petits riens, m’a toujours paru périlleux. Non par peur de refus, mais la démarche elle-même nécessitait tant d’efforts pour la petite fille que j’étais, presque un défi à relever, un exploit. »

Dans « Les Rêveurs », j’ai ressenti toute la sensibilité de l’auteure, ses espoirs, ses faiblesses. Elle se révèle être une petite fille qui veut toujours bien faire… Isabelle Carré se raconte dans son roman, roman ou autobiographie, je n’ai pas vraiment pu le définir au cours de ma lecture. J’ai trouvé la construction de son roman un peu décousu, un peu brouillon en fait, j’ai eu le sentiment qu’il manquait à chaque chapitre un petit quelque chose, un sentiment d’inachevé… De part son écriture, j’ai ressenti les faiblesses de la romancière Isabelle Carré, des faiblesses dans sa manière d’écrire, de raconter, mais peut-être que cela est voulu… Cependant, il en ressort de ce récit une grande force de la petite fille, de l’adolescente Isabelle Carré et comme le théâtre a été sa bouée. Comédienne a été une jolie révélation pour elle et j’ose dire que je préfère la comédienne Isabelle Carré que l’auteure Isabelle Carré.

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Les Rêveurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s