L’attrape-souci.

« L’attrape-souci »

de Catherine Faye

8B356D9B-BEB7-4D6E-AE99-275AB8DB018B

« L’attrape-souci » de Catherine Faye, paru chez les éditions Mazarine fait partie de la sélection des premiers romans des 68 Premières Fois.

Lucien, un petit garçon de 11 ans, est à Buenos Aires en vacances avec sa mère. Alors qu’ils se trouvent dans une librairie et que Lucien regarde des petites boîtes, des attrapes-soucis, sa mère disparaît le laissant seul. Il part à sa recherche mais se perd. Il va être « recueilli » par un cantonnier, prostituée, jardinier… Il va grandir aux côtés des ses compagnons de la rue et continuer sa vie tant bien que mal.

« À l’envers…, j’ai pensé à haute voix. Le monde à l’envers… Et j’ai éclaté de rire. Oui, c’était bien ça, quelque chose ne tournait pas rond. Il faut que je remette les choses en ordre, je me suis dit. Une voiture se répare, un rhume se guérit, une mère se retrouve, c’est forcé. »

Bien que je n’ai pas été transportée en lisant « L’attrape-souci », ma lecture a été plaisante car Catherine Faye a une jolie plume, elle sait raconter l’histoire de ce petit garçon, Lucien. Ma lecture débutait bien avec cette anecdote sur les petites boîtes dans une librairie!! Dans ces petites boîtes, qui intriguent Lucien, se trouvent des petites poupées auxquelles on confie ses soucis avant de s’endormir pour que le matin, ces soucis se soient envolés. Cette légende est vraiment mignonne mais après l’avoir découvert, Lucien perd sa maman et forcément, je me dis que c’est pas possible, qu’une maman peut pas disparaitre comme ça, surtout dans un pays étranger et laisser son enfant livré à lui-même… Et si… Cela paraît totalement improbable mais pas dans ce roman et c’est tellement improbable que même les policiers ne croient pas en cette histoire que tente leur relater Lucien… Lucien va faire en sorte de s’en sortir et il va rencontrer des personnes tellement atypiques que cela paraît encore improbable… C’est peut-être tout ce côté improbable qui ne m’a pas fait rentrer dans l’histoire de Lucien, dans la compassion de ce petit garçon perdu dans une ville inconnue qui rencontre des personnages vivant dans une Argentine bien pauvre… Cependant, Lucien, ou Lucio dans ce nouveau pays, est un garçon qui a beaucoup de ressources, de tempérament et de courage pour affronter cette nouvelle vie non voulue, pour s’en sortir alors qu’il n’a que 11 ans.

Catherine Faye m’a emmenée dans une Argentine pauvre, très pauvre où tout y est décrit: les odeurs, la saleté, les conditions de vie, le manque de nourriture… Les descriptions sont telles que je sentais ces mauvaises odeurs, que je visualisais le bidonville, les personnages. Par contre, je n’ai pas réussi à « voir » Lucien et cela m’a manquée en fait. Par contre, j’ai bien ressenti son caractère, sa volonté de pas déranger, de passer comme inaperçu.

« Dale, d’accord, le mot dégoulinait dans ma tête. Bien sûr pas d’histoires. Jamais d’histoires. Ma mère ne voulait pas d’histoires, personne ne voulait d’histoires. D’ailleurs, moi-même, je n’en voulais pas. »

Dans « L’attrape-souci », j’ai suivi Lucien dans sa recherche de cette mère, si on peut l’appeler une mère, et dans ses rencontres qui vont le construire, le forger. Il en ressort bien évidemment grandi, empreint de philosophie pour un garçon de son âge mais Lucien ne m’a pas complètement emmenée avec lui, je suis restée en marge et ce malgré la plume, les mots, les courtes phrases que Catherine Faye m’a livrée et ses descriptions qui rendent le récit presque réels. Mais il a manqué un quelque chose pour moi…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s