Atlantic City.

« Atlantic City »

de Joy Raffin

Avec « Atlantic City » de Joy Raffin, je découvre la maison d’éditions Nil dont je trouve les couvertures très jolies!

Le 22 septembre 2017, la ville d’Atlantic City dans le New Jersey s’apprête dès 7h55 à subir la passage de la tempête Rita. Cette journée va permettre à chaque personnage incontournable de cette ville de se raconter.

« Ça m’fait penser, vous connaissez l’histoire du Monopoly? Le jeu, oui. La première édition portait le nom des rues d’Atlantic City, exactement. Bien joué, les gars! Et le nom du créateur? Vous séchez là hein… Il s’appelait Chrales Darrow, il venait en famille pour les vacances, dans les années 1930. En fait, le jeu, c’est pas vraiment lui qui l’a inventé, il en a détourné un qui existait déjà, et qui se situait dans les plus beaux quartiers de Chicago: The Landlord’s Game. Je peux vous dire qu’aujourd’hui, Darrow, il aurait certainement choisi les rues d’Atlantic City. Et puis surtout, sa famille serait certainement pas venue passer ses vacances ici… C’est trop triste comme ville. »

« Atlantic City » raconte son Atlantic City à travers les personnages qui habitent toujours cette ville avec comme fil rouge l’approche d’une tempête au nom de Rita. Ces personnages ont une histoire à raconter, ont des failles, des espoirs et sont la mémoire de cette ville qui petit à petit meurt avec la fermeture progressive de ses casinos qui lui avaient fait sa réputation, même Trump y avait ouvert son casino avant qu’il soit, bien entendu, le président des États-Unis. Et il en est question de Trump dans ce roman, actualité oblige avec ses partisans et ses opposants…

« Clarence Gambino met son billet que Trump il fera comme il a toujours fait: quand il en aura marre d’être président, il démissionnera. Le jour où il aura plus d’emmerdes que de plaisir, il les rendra les clés de son palais grec de Washington, vous verrez. Il fonctionne comme ça, ce gars-là… il a pas tort remarquez. Sur son CV, y aura toujours écrit « 45è président des États-Unis d’Amérique » et ce sera même une gloire pour lui de partir avant que les électeurs lui disent « You’re fired » (Vous êtes viré: célèbre interjection de Trump lorsqu’il animait son jeu télé The Apprentice ». »

« Atlantic City » se passe durant une seule journée, celle du 22 septembre, et elle est racontée par une succession d’habitants: il y a Clarence Gambino, un clochard qui a toujours vécu ici, qui connaît tout de cette ville, ses bons côtés et ses travers, et qui est accompagné par des journalistes venus filmés la tempête et trouver un scoop grâce à Clarence. Si vous êtes malade, allez voir le dr William Stanley qui est un humaniste dans l’âme, au service de ses patients dans tous les sens du terme mais son seul point négatif est sa secrétaire, Dorothy. Si vous allez sur le long du boardwalk, vous rencontrerez Fernando Flores, conducteur de pousse-pousse et vous fera découvrir la ville et ses incontournables. Allumez la radio sur ACR et vous entendrez la voix de Richard Cheer, le fils de Clarence accessoirement, avec qui vous allez passer la journée et qui va vous tenir informé des avancées de la tempête. Peut-être que vous croiserez Jimmy Boyd, le « mafieux » d’Atlantic City, dont la famille règne sur cette ville depuis trois générations. Ne soyez pas étonné de voire une adolescente assise sur un bord de fenêtre depuis des heures, c’est Paige Donovan, qui, en attendant, rêve à sa vie. Tous ces personnages ne sont qu’un échantillon de ceux du roman dont Joy Raffin nous parle, nous livre leurs déceptions et leurs espoirs aussi. Grâce à son auteure, vous en serez plus sur cette ville qui a eu de jolis moments de gloire. Et tous ses personnages sont attachants au final!

Publicités

Une réflexion sur “Atlantic City.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s