Interview d’Anne Plantagenet.

« Interview d’Anne Plantagenet »

Tout d’abord, merci infiniment Anne d’avoir accepté de répondre à mes questions!

Merci à vous Sybil.

 

-Mais qui est Anne en fait?

Je cherche la réponse à cette question dans tous mes livres.

-Pourquoi écrivez-vous?

Pour trouver les pièces manquantes au puzzle de la vie.

-« D’origine italienne » est votre deuxième roman sur la quête de vos origines familiales. Pourquoi ce besoin de partir à la recherche de ses origines?

La question de l’identité est au cœur de tous mes livres, à travers des personnages de fiction, ou à travers de vraies personnes, ou à travers ma propre histoire. Mais au fond, c’est la même quête.

-Concrètement, comme se sont déroulées les conversations avec votre mère? Quels ont été vos supports?

Comme je le raconte dans le livre, j’ai enregistré nos entretiens sur mon téléphone, avant de les copier et de les décrypter sur mon ordinateur. Ensuite, je n’ai évidemment pas tout gardé.

-En fait, votre grand-père Placide vous faisait peur et vous fascinait, non?

Sans doute un peu des deux, oui.

Il m’intriguait aussi, et m’émouvait, plus que je le croyais.

-Vos deux romans sur votre famille feraient des bons scénarios? Vous y avez pensé?

Il y a un projet d’adaptation au cinéma pour « Trois jours à Oran », en cours depuis cinq ans, mais… A suivre !

-Ce voyage en Italie avec vos parents, vous l’avez fait? Si oui, que retenez de vous d’important?

Ah, c’est un des suspenses du (hors) texte ! il ne faut pas percer le mystère… 😉

-Quand j’ai lu votre récit, j’ai lu « mon histoire familiale », c’est assez troublant et en même temps excitant (cela va jusque dans la ville de Dijon, ma ville et celle où s’est installé définitivement mon grand-père). Vous avez déjà eu ce cas, pour ce roman ou votre précèdent?

Oh oui ! Pour « Trois jours à Oran », j’ai reçu tellement de lettres, de témoignages, de gens me disant « c’est mon histoire » que j’en ai tiré une postface pour l’édition de poche, chez J’ai lu, qui s’appelle « Le désir et la peur ». C’était bouleversant.

-Il vous a fallu combien de temps pour écrire ce roman? Depuis l’idée qui a germé dans votre tête au point final?

Deux ans d’écriture, cinq versions du manuscrit. Et toute une vie derrière moi…

-Quand vous écrivez, avez-vous déjà un plan bien structuré ou est-ce que vous voyez au fur et à mesure de la rédaction?

Rien de structuré ni de planifié. Je réécris sans cesse, j’écoute le texte s’imposer et le laisse partir parfois dans une direction non préméditée et inattendue.

-Comment vous sentez-vous au moment de la sortie de votre roman?

Fébrile. Fragile. Inquiète. Heureuse. Confiante. Impatiente. Excitée…. Tout à la fois !

-Comment voyez-vous vos lecteurs? Quels rapports entretenez-vous avec eux?

J’adore rencontrer les lecteurs, j’adore aller vers eux, discuter avec eux, les écouter, je réponds toujours aux lettres, j’aime les salons du livre, les rencontres en librairies, les festivals, les lectures.

-Comme lectrice, vous avez des préférences de genres littéraires?

Je suis très éclectique, je lis beaucoup, classique, contemporain, et de tout (sauf de la science-fiction).

-Un conseil lecture pour la rentrée?

Oh oui, un roman graphique : « Un anglais dans mon arbre », d’Olivia Burton et de Mahi Grand, chez Denoël Graphic (à paraître le 7 mars), c’est génial, génial, l’histoire d’une jeune femme qui part à la recherche… de ses origines… anglaises, et va se retrouver dans des aventures incroyables sur les traces d’un explorateur. Formidable !

-Un dernier mot?

« Je ne sais pas d’où je viens

Je ne sais pas quand je meurs

Je ne sais pas qui je suis

Je m’étonne d’être aussi joyeux »

Martinus von Biberach (15éme siècle)

4 réflexions sur “Interview d’Anne Plantagenet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s