À la ligne.

« À la ligne »

de Joseph Ponthus

« À la ligne » de Jospeh Ponthus, publié chez les éditions de La Table Ronde et lu dans le cadre des 68 Premières Fois, fait partie des romans incontournables du début 2019. D’ailleurs, ce roman a reçu le Grand Prix RTL/Lire et le prix Régine Deforges.

Un homme, travailleur social, devient intérimaire dans une usine de conserveries de poissons puis dans un abattoir breton car depuis son emménagement en Bretagne afin de suivre sa femme, il n’a pu trouver un travail dans sa branche. Dans ces usines, il va décrire la vie à l’usine, les gestes du travail à la ligne, les conditions de travail, la fatigue, la douleur. C’est un travail alimentaire et il doit le faire. Heureusement, il y a sa femme, son chien et l’écriture.

« Je veux croire que l’usine/ J’y suis en transition/ En attendant de trouver mieux/ Même si ça fait un an et demi quand même que je ne trouve pas/ Je veux croire/ Que je suis là sans y être/ Alors/ Dans ce monde de la nuit/ Il n’y a pas de matin de soir ni même de nuit/ Il y a les néons qui éclairent des ateliers où des tenues maculées de sang travaillent/ Des gens se sont douchés avant/ D’autres non/ Il y a surtout/ Tous ces matins du monde/ Où chacun dans sa nuit/ Rêve/ À un monde sans usine/ À un matin dans nuit »

« À la ligne » est un premier roman réussi pour moi! Joseph Ponthus a son style d’écriture bien à lui: il écrit en vers libre sans aucune ponctuation et pas de point!

« Il y a qu’il n’y aura jamais/ Même si je trouve un vrai travail/ Si tant est que l’usine en soit un faux/ Ce dont je doute/ Il y a qu’il y aura jamais/ De/ Point final/ À la ligne »

La lecture de « À la ligne » se fait dans une respiration car nous ne pouvons que suivre le rythme dicté par l’auteur, par ses mots, ses « phrases courtes » mais tellement percutantes. Et quelle audace cette façon d’écrire pour nous raconter la vie d’un ouvrier en usine, cette vie elle aussi rythmée mais par la cadence des horaires, la cadence de la chaîne, par les exigences des hauts placés. Personnellement, je n’ai jamais travaillé à l’usine (mais j’ai tout de même fait des métiers pas top pour payer mes études…) et en lisant le récit de Joseph Ponthus, j’ai eu une forte empathie pour tous ces travailleurs aux horaires en total décalés, à la répétition de leurs tâches, au rythme chronométré. Joseph Ponthus nous raconte également tout ce qui se passe dans ces usines: celle de poisson et surtout dans les abattoirs. J’y ai découvert le côté sombre, très sombre des abattoirs et cela m’a fait froid dans le dos… L’auteur n’est absolument pas dans le jugement, n’est pas moralisateur, il énonce des faits, des faits qu’il a vécus lui même, il sait de quoi il parle et pour moi, c’est une autre richesse de ce roman. Dans les mots de Joseph, j’ai senti ce besoin viscéral d’écrire, de mettre en page son expérience. Ses mots ne sont pas tristes, il n’y a aucune colère dans son livre. Joseph devait travailler pour vivre et grâce à l’amour de sa femme, Joseph a pu être cet intérimaire que nous rencontrons dans « À la ligne ». Il se dit même heureux et vit ce qu’il doit vivre.

« À la ligne » est un beau roman, sincère, sensible qui ne peut que toucher celui qui le lit. L’écriture de Joseph est singulière comme l’est son histoire. C’est un roman riche dans tous les sens du terme et après ma lecture, je comprends mieux pourquoi François Busnel aurait tant voulu que « À la ligne » fasse partie de la sélection du Prix Roman France Télévisions (mais malheureusement le roman est sorti alors que la sélection avait déjà été faite)!

« À la ligne » de Joseph Ponthus chez La Table Ronde, 03 janvier 2019.

6 réflexions sur “À la ligne.

    • J’ai effectivement dit au début de ma chronique les prix reçus!! Si j’ai parlé du Prix Roman France Télévisions, c’est parce que nous en avons parlé avec François Busnel lors de la délibération du roman et je ne l’avais pas encore lu à ce moment 😉

      Aimé par 1 personne

  1. Pingback: Joseph Ponthus – A la ligne, Feuillets d’usine | Sin City

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s