D’ici là, porte-toi bien.

« D’ici là, porte-toi bien »

de Carène Ponte

Carène Ponte a eu la gentillesse de m’envoyer son dernier roman, « D’ici là, porte-toi bien », aux éditions Michel Lafon.

Une résidence de luxe. Des premiers vacanciers qui font se croiser et faire connaissance dans ce lieu. Samya avec son mari qui a été infidèle. Apolline qui veut par dessus tout un enfant. Geneviève qui montre les premiers signes de la maladie d’Alzheimer. Alison dont le fiancé l’a plantée le jour du mariage. Jessie qui est partie seule, afin de faire une pause avec son mari. Et Mia, la plus jeune, qui vient d’être embauchée sans expérience. Des destins qui vont se croiser et s’aider.

« Geneviève et Paul sont assis sur les fauteuils qui leur ont été assignés. Avant qu’elle en parte visiter L’Avenue du Parc, la journaliste est venue se présenter et leur expliquer comment aller se dérouler l’émission. Elle a l’air avenante et pleine d’enthousiasme. Paul croit se rappeler que c’est elle qu’il a entendue à la radio dans une émission en soirée, elle y recevait un écrivain venu parler de son premier roman, « Avec des si et des peut-être ». Il s’en souvient parce qu’il avait trouvé que le titre était quand même un peu facile et qu’ils n’avaient pas beaucoup d’imagination, ces écrivains modernes… »

Avec « D’ici là, porte-toi bien », Carène Ponte a su, une nouvelle fois, faire voyager son lecteur pendant un petit moment dans un endroit luxueux avec des personnes dont les destins vont se croisés et cela donne un bon feel good qui est parfait pour une lecture au bord de l’eau!

Bien que d’un ton léger, « D’ici là, porte-toi bien » parle de sujets assez difficiles comme l’adultère, l’infertilité, la maladie, l’âge, le non lâcher prise, le harcèlement… Et oui, par l’intermédiaire de ses six femmes, Carène Ponte évoque tous ces sujets. Chacune porte « sa croix », un peu comme dans la vraie vie. Chacune cherche une, des solutions. Comme dans la vraie vie. Chacune a besoin d’un peu d’aide. Comme dans la vraie vie. Chacune a besoin de penser à elle, enfin. Comme dans la vraie vie. Et oui, l’auteure n’en oublie pas la vraie vie dans son roman mais cela reste tout de même un roman. C’est-à-dire que certaines situations sont romancées et/ou ne pourraient arriver réellement mais c’est tout le charme de ce livre également. Tout au long du roman, la bienveillance est le maître mot de l’auteure: de la bienveillance envers ses personnages, de la bienveillance entre ces six femmes. Et il ne faut surtout pas oublier toutes ces pointes d’humour car, oui, j’ai aimé l’humour de Carène qu’elle a donné à ses personnages. Et donc même si les situations que ces femmes affrontent sont difficiles, Carène ne les a pas évoquées d’une manière dramatique, bien au contraire. Et en fait, grâce à l’humour, tout passe mieux!!

La construction de ce roman permet de s’y plonger facilement, de ressentir de l’empathie pour chacune des femmes. Ce roman est un roman choral et chaque chapitre est celui d’une des femmes. Chacune se raconte dans le chapitre qui lui est consacré et cela permet au lecteur de bien faire connaissance avec chacune, de bien comprendre ce qui l’a amené dans cette résidence de luxe et surtout cela permet de bien ressentir ce qu’elle vit.Cela donne plus de réel au récit et on pourrait même jusqu’à s’identifier à une d’elles!!

« D’ici là, porte-toi bien » est le roman idéal sur un transat et d’ailleurs, la couverture y invite fortement 😉

« D’ici là, porte-toi bien » de Carène Ponte chez Michel Lafon,06 juin 2019.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s