Fermer les yeux.

« Fermer les yeux »

de Antoine Renand

2005, une petite fille disparaît en Ardèche. Le coupable est de suite désigné mais quinze plus tard, l’enquêteur pense avoir fait une erreur. Il va chercher à savoir avec l’aide d’un auteur travaillant sur les tueurs en série et une avocate sûre de l’innocence de son client.

« La douleur, l’arrêt de l’alcool, avait été incommensurable. Des tremblements, des crises d’angoisse et de manque… Privé de l’anesthésiant qui l’avait fait tenir toutes ces années, son esprit avait ravivé les pires images qu’il avait en mémoire, de façon lancinante, tandis qu’il se sevrait… Il avait tenu bon, malgré elles… Malgré les animaux, aussi… »

Avec ce deuxième roman, Antoine Renand confirme son talent d’auteur. Une nouvelle fois, il a su jouer avec mes nerfs. Il a su rendre certains de ses personnages attachants. Il a su écrire l’horreur commise. Il a su me tenir en haleine. Il a su écrire une histoire sur de longues années. Il a su faire monter la tension. Il a su créer des personnages écorchés par la vie. Il a su parler de sujets sociétaux connus mais tellement ignorés.

Dans ce roman, l’auteur parle d’un homme rongé par la culpabilité d’avoir tué sa fille dans un accident de voiture, de sa vie qui se délite, de son alcoolisme. L’auteur parle d’un meurtre atroce d’une petite fille, du besoin vital de désigner un coupable, du souci des apparences. L’auteur parle des erreurs judiciaires, de la parole du présumé coupable, de la défense, des médias, de l’opinion publique beaucoup plus forte que la présomption d’innocence. L’auteur nous parle de tueur, de meurtre. L’auteur nous parle d’une alliance de trois personnes pour défendre un homme injustement déclaré coupable des dizaines d’années auparavant. L’auteur nous parle de la confiance entre un avocat et son client. L’auteur nous parle de la rédemption d’un ancien alcoolique. L’auteur nous parle des relations entre police et gendarmerie, et avec la justice. Et aussi, l’auteur nous parle des erreurs judiciaires si difficile à prouver, si difficile à faire admettre.

« Fermer les yeux » donne une leçon à ceux qui ferment justement les yeux, à ceux qui vont dans la facilité sans voir plus loin. Antoine Renand donne un coup de poing dans la fourmilière judiciaire et chaque rouage est mis à mal, et c’est tant mieux. Il est vraiment intéressant de trouver dans un roman ce sujet: l’erreur judiciaire et tout ce qu’il va avec!! Antoine Renand a écrit un bon livre!

« Fermer les yeux » de Antoine Renand chez La Bête Noire, 12 mars 2020.

2 réflexions sur “Fermer les yeux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s