Memory.

« Memory »

de Arnaud Delelande

Le dernier de la team thriller: « Memory » de Arnaud Delalande chez les éditions Cherche Midi.

Dans une clinique spécialisée, un patient est retrouvé pendu. Cela pourrait être un suicide qui se serait déroulé sous les yeux de huit témoins présents à ce moment là. Simple donc. Mais non car les huit témoins souffrent d’amnésie et leur mémoire ne dépasse pas les six minutes. Ils ne se souviennent pas de ce qu’il s’est passé. Jeanne Ricoeur, l’inspectrice, va donc devoir chercher à comprendre ce qui est arrivé dans cette clinique Memory.

« Jeanne revint à elle. Elle se sentit de nouveau très fébrile, angoissée. Elle avait toujours cette impression étrange de baigner dans un flou artistique. Ses yeux peinaient. La fatigue continuait de la submerger par vague, mais la nervosité liée à son enquête ne lui laissait pas de repos. Son corps refusait d’écouter les alertes de son cerveau, et elle restait sur les nerfs. Elle ne devinait que trop la nouvelle insomnie qui l’attendrait ce soir. L’insomnie, encore et toujours, et pas de whisky pour noyer ses plaies et les cautériser, cette fois. »

Après quelque temps laborieux dans mes lectures, je n’ai pas boudé mon plaisir d’avoir lu « Memory » en peu de temps. Et oui, j’ai été prise par cette enquête, par cette mort suspecte, par les huit patients de la clinique Harmonia, par Jeanne l’enquêtrice au passé douloureux. L’auteur, Arnaud Delalande, commence son roman en nous parlant de Jeanne, de son passé, de la mort de son père adoptif policier, de son mal être qu’elle tente d’oublier en buvant. Puis vient la clinique dans une forêt éloignée avec l’approche d’une tempête de neige, d’un mort pendu devant huit témoins. Voilà le décor est posé et franchement, trop facile comme enquête! Ha ben non car ces huit supers témoins ne se souviennent de rien mais rien de chez rien! Il y a donc un pendu et Jeanne va devoir déterminé si c’est un suicide ou un meurtre et dans ce cas découvrir le coupable sans l’aide de ces témoins sans mémoire!! J’avoue: j’ai bien aimé cette histoire de mémoire qui s’efface toutes les huit minutes et surtout l’auteur ne nous livre pas ça comme ça, il nous explique. J’ai donc appris sur la mémoire, son mécanisme, ses défaillances surtout dans le cas de ces patients du service Memory de la clinique Harmonia. Pour moi, ce thème de la mémoire est bien pensée et ça a bien dû agacer Jeanne quand elle a su que les témoins ne pourront rien lui dire. Avoir huit témoins et pas pouvoir les « exploiter », rageant tout ça!!

Arnaud Delalande livre beaucoup sur ses personnages. En effet, on sait à peu près tout sur Jeanne, sur son enfance, son métier, sa « dépression », son caractère volcanique. Mais également on connaît l’histoire des huit témoins: leur vie passé, l’accident qui a créé leur problème de mémoire, leur vie à la clinique, leur nouvelle vie sans mémoire. Et c’est là qu’on se dit que c’est chouette de se rappeler rien que notre déjeuner. L’auteur n’en oublie pas la famille des patients et de la répercussion sur eux aussi, répercussion qu’ils doivent gérer tant bien que mal. Et évidemment, l’ambiance huis clos au fond d’une forêt avec une tempête qui isole tout le monde, c’est digne d’en faire un téléfilm. J’ai visualisé cette ambiance grâce aux descriptions donnés par l’auteur. Dans « Memory », il n’y a rien d’époustouflant mais cela a été un très bon moment de lecture avec des personnages attachants et une idée d’histoire original qui a fonctionné sur la lectrice que je suis!

« Memory » de Arnaud Delalande chez Cherche-Midi, 14 janvier 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s