… mais la vie continue.

« … mais la vie continue »

de Bernard Pivot

Mon premier Bernard Pivot, « … mais la vie continue » chez les éditions Albin Michel.

Le narrateur est un homme qui vient de fêter ses 82 ans. Il a été éditeur. Il écrit des livres. Il ressemble étrangement à son auteur. Il a une jolie bande d’amis, les JOP, les Jeunes Octogénaires Parisiens. Il raconte le grand âge.

« Durant la journée, j’écris. Il n’est pas d’éditeur qui ne soit un écrivain contrarié. Publier les livres des autres est un moyen habile de se consoler de n’avoir pas assez de talent ou de folie pour écrire les siens. À quatre-vingt-deux ans, je peux me donner l’illusion de débuts prometteurs. Et je n’entre pas dans la carrière sur la pointe des pieds puisque j’écris deux livres en même temps: mes mémoires d’éditeur promis au jeune confrère Guillaume Allary, et ce témoignage sur la vieillesse pour mes vieux potes Francis Esménard et Richard Ducousset d’Albin Michel. »

Je connais Bernard Pivot. J’admire Bernard Pivot mais je n’avais jamais lu Bernard Pivot. D’où ma grande envie de lire « … mais la vie continue » et cela a été un plaisir de lecture. Le narrateur, dont toute ressemblance avec l’auteur n’est absolument pas fortuite, est un homme cultivé de 82 ans qui raconte sa vie d’octogénaire dans notre société actuelle. Il raconte la vieillesse, sa vieillesse, celle de sa bonde d’amis, les JOP, les Jeunes Octogénaires Parisiens. Tout y passe: la santé qu’ils doivent préserver, leur relation au temps, l’amitié, l’amour bien sur, les petites joies. C’est tendre, vrai, drôle. Bernard Pivot sait nous conter les choses. Et il élude rien. Il le fait avec plaisir et quel petit plaisir de lire de jolis mots que seul Bernard Pivot arrive à employer en étant dans le bon. Alors oui, vieillir, c’est faire face à des soucis de santé, à prendre des précautions dans ses déplacements mais vieillir, c’est prendre son temps, savourer les petites choses de la vie, c’est raconter, apprendre aux autres. Et franchement, quand on a une telle bande d’amis que les JOP, vieillir peut vraiment devenir cool. Mais il ne faut pas occulter la mort qui est encore plus présente quand on est octogénaire. La solitude y est aussi abordée, la solitude quand le compagnon n’est plus. La solitude quand les enfants sont loin. La solitude quand les amis partent.

J’aurais presque envie de dire que vieillir c’est beau quand c’est Bernard Pivot qui nous la raconte. Car il parle de tout et surtout il met en avant le positif malgré les coups difficiles liés à l’âge. Il ne s’apitoie pas, il est sincère. Il n’édulcore pas, il est vrai. Il nous livre une très jolie palette de personnages auxquelles je n’ai pu que m’attacher. « … mais la vie continue », c’est drôle, attachant, frais. La plume de l’auteur est à son image: pas de chichi, que du vrai!! J’ai aimé ma lecture et cela a été un vrai plaisir de rencontrer les JOP. J’ai presque envie d’avoir une suite!!!

« … mais la vie continue » de Bernard Pivot chez Albin Michel, 06 janvier 2021.

4 réflexions sur “… mais la vie continue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s